Photos
“La mémoire, comme le rêve, dilue les couleurs, la mémoire est comme une photographie exposée au soleil.” José Carlos Llop

Cette série de portraits évoque la représentation d’un même visage qui traverse les différentes civilisations, en suivant la chronologie de l’histoire de l’art érotique . Ne dit-on pas que le visage serait le reflet de notre âme? Du portrait rupestre , en passant par l’Antiquité, la Renaissance, l’ art oriental et asiatique, l’ art moderne et contemporain, il est question du voyage d’une âme amoureuse à travers le temps…

« L’Amour , au sens de l’éternité, est inscrit au cœur de l’homme. Une mémoire, une empreinte indélébile comme un tatouage. J’avais besoin artistiquement de m’approcher au plus près des dimensions suivantes : visible_invisible, espace_temps, corps_âme, et les nouvelles techniques de création numérique m’ ont permis de construire des images surréalistes, des paraphotographies , support de méditation et de rêveries intemporelles ».

Portrait africain, rupestre, égyptien, grec, hébraÏque, pompéï, aztéque, hindouisme, asiatique, oriental, moyen-âge, renaissance, baroque, romantisme, impressionisme, expressionisme, cubisme, art surréalisme, pop Art… chacun retrouve inconsciemment des signes, des perceptions d’un déjà "connu" et des liens invisibles avec une période de l'histoire que nous sentons reconnaître. Réincarnation…? Au-delà de corps réels existe un corps invisible, une mémoire , un inconscient collectif universel qui s’enlace dans un inconscient individuel.

Puis, l’âme circule à travers les âges et les civilisations pour se confondre avec les archétypes de l’amour universel véhiculés par l’histoire de l’art érotique. Rencontre de l' être avec ses rêves, son imaginaire, ses expériences, sa mémoire amoureuse…

La dimension sacrée de l’amour est interrogée dans cette série en questionnant la rencontre avec l’être aimé, la magie irrationnelle de cette union, fusion, passion, séparation…et retrouvailles éternelles.Représentation des différentes variations de l’amour au sens sacré du terme, Wyl retrace notre destinée dans laquelle s’inscrit une lumière et étincelle divine pour l’ éternité.